Accueil

L’Alliance pour l’interdiction des pesticides systémiques est une initiative citoyenne qui vise à informer des enjeux, impacts et risques reliés aux pesticides systémiques, dont les néonicotinoïdes.

Qu’est-ce que les pesticides systémiques?

Ce sont des pesticides qui ont la capacité de circuler dans tout le système vasculaire de la plante, et ainsi de migrer dans tous ses parties : des racines aux fleurs.

Les pesticides systémiques et en particulier  les  néonicotinoïdes (ou néonics) sont caractérisée par leur très haute toxicité, leur solubilité dans l’eau, ainsi que leur longue persistance (de quelques mois à quelques années) dans les plantes traitées et l’environnement.

Parmi les pesticides systémiques les plus utilisés, on trouve les substances actives suivantes : acétamipride, clothianidine, dinotéfuran, fipronil, imidaclopride, thiaclopride et le thiaméthoxam.


Toxicité des pesticides systémiques comparée au DTT
Ce tableau présente la toxicité des pesticides comparée à celle du DDT. Les plus toxiques (en rouge) sont les pesticides systémiques, ainsi l’imidaclopride est 7297 fois plus toxique que le DDT.

Pourquoi et comment sont-ils utilisés?

Les pesticides systémiques sont principalement utilisés en agriculture pour protéger les plantes des dommages directs des insectes et des dommages indirects causés par les virus transmis par ces derniers (1). Les pesticides systémiques peuvent être appliqués de différentes façons : en pulvérisation sur les feuilles, par trempage du sol, par injection dans les arbres ou encore en enrobage des semences. Ce dernier mode d’application, largement utilisé pour le maïs et le soya, consiste à appliquer le pesticide directement à la surface des semences. Elles sont donc vendues déjà traitées par le fabricant (3).

Au Québec, la quasi-totalité des semences de maïs-grain , du canola et entre 50 % et 75% des semences de soya sont enrobées de néonics ce qui représente environ 550 000 hectares de cultures chaque année (4). Lire plus sur les enjeux agricoles.

De nouveaux types de pesticides systémiques sont régulièrement homologués au Canada. C’est pourquoi il est important de se concentrer sur les pesticides systémiques dans leur ensemble plutôt que sur certaines molécules. Par exemple le Sulfoxaflor (5), a été homologué définitivement en mai 2015 par l’ARLA (6).  Toutefois, en septembre 2015, il a été interdit aux États-Unis en raison d’une homologation qui ne se basait sur aucune étude fiable sur son impact sur les colonies d’abeilles (7).

Autres cas d’utilisation

Ils peuvent également être employés en milieu urbain pour traiter les animaux domestiques contre les tics et les puces, pour éradiquer certains insectes tels que les cafards, les mouches, les fourmis, les termites, pour traiter les pelouses contre les vers blancs ainsi qu’en pisciculture (2).