Mémoire de l’AIPS : Sortir de la dépendance aux pesticides

Dans le cadre du Mandat d’initiative sur les pesticides de la Commission de l’agriculture, des pêcheries, de l’énergie et des ressources naturelles (CAPERN), l’Alliance pour l’interdiction dévoile aujourd’hui son mémoire.

Consulter le mémoire de l’Alliance pour l’interdiction des pesticides systémiques « Sortir de la dépendance aux pesticides » à ce lien. Vous y trouverez toutes les références.

Aujourd’hui, le gouvernement dispose de toutes les cartes (rapports, études, sondages) pour démontrer et entamer rapidement une action cohérente dans le dossier des pesticides. Pourtant nous en sommes encore loin. Il est temps d’écouter la population et d’accompagner les agricultrices et agriculteurs du Québec vers une transition agro-écologique.

Le Québec doit cesser de se baser les yeux fermés sur les travaux de Santé Canada étant donné les nombreuses lacunes de l’évaluation des pesticides. Mentionnons notamment le fait que l’évaluation s’appuie sur les études confidentielles de l’industrie et que plusieurs aspects ne sont pas évalués (formulation commerciale, effets synergiques, cumulatifs). De plus, l’exposition professionnelle est considérée de façon très abstraite et la gestion des risques est déléguée aux agriculteurs alors que 45 % d’entre eux ne portent que rarement ou jamais des vêtements de protection lors de l’utilisation des pesticides1.

L’agro-industrie est celle qui profite des pesticides, pas les familles agricoles qui font vivre le Québec rural. Les coûts payés par les agriculteurs pour les pesticides ont augmenté de 397 % au Québec depuis 1971. Alors que l’utilisation systématique de pesticides comme les néonicotinoïdes est inutile dans 94 % des cas. L’industrie en situation d’oligopole et ses agronomes liés ont aujourd’hui beaucoup trop d’influence.

Pourtant, en 2017, déjà 88 % des Québécois interrogés se disaient préoccupés par les conséquences des résidus de pesticides sur leur santé et celle de l’environnement, selon un sondage commandé par le MAPAQ. Les consommateurs sont aujourd’hui prêts à manger local et biologique pour leur santé et celle de l’environnement.

La situation environnementale n’a jamais été aussi critique et les scientifiques sont unanimes : l’humanité fait face à deux défis majeurs : les changements climatiques et l’effondrement de la biodiversité. On estime qu’environ 1 million d’espèces animales et végétales sont aujourd’hui menacées d’extinction. Or, l’agriculture industrielle, qui associe intrants chimiques et monocultures, a une responsabilité majeure dans ces deux catastrophes.

Pour Pascal Priori, porte-parole de l’AIPS, « le Québec est en voie de rater une transition majeure qui pourrait le placer du bon côté de l’histoire. Sur les sommes allouées à la politique bioalimentaire, seulement 2,5 % sont allouées aux efforts de réduction des pesticides. Entamer une transition agroécologique, c’est redonner de la fierté aux Québécoises et Québécois qui sont aujourd’hui perçus à l’international comme les pires utilisateurs de pesticides à cause du Canada. Sommes-nous prêts à prendre le risque que demain, les produits québécois soient boycottés à cause des pesticides ? ». L’agriculture est un des leviers de souveraineté nationale essentiels. Désormais, les techniques agricoles les plus innovantes sont celles qui se passent de pesticides chimiques. Cette transition représente une opportunité exceptionnelle.

Une audition annulée

Alors que l’AIPS devait faire partie des groupes auditionnés, des problèmes techniques propres à l’Assemblée Nationale, ont empêché une participation pourtant prévue à distance depuis le début. L’AIPS est fière de céder sa participation à l’Union Paysanne membre de l’AIPS.